Biographie

Véronique Jeanne Demarbre est née en Lorraine. Issue d’une famille d’artistes, à la fois peintres et musiciens, certains professionnels; son père avait étudié les Beaux-arts et sa mère, institutrice, la poussent dès son plus jeune âge à la peinture et aux arts plastiques. Elle étudie le dessin et la peinture à l’école et en écoles jusqu’au baccalauréat. Lors des cours d’anatomie de ses études supérieures de médecine, elle découvre les planches anatomiques et dessine le corps humain. Elle s’expatrie en 1982 à Barcelone où elle terminera ses études de psychologie. La découverte de l’art gaudien, empreint de “géométrie douce”, de couleur et d’architectures où la lumière est reine, marque sa pensée et son art; elle dessine des paysages aux formes cubiques de couleurs vives, aux crayons à l’aquarelle, aux rehauts à l’encre de chine, sans délaisser la peinture.

Vingt ans après, elle revient au Pays basque où ses parents avaient émigré et débute sa véritable carrière artistique à Bayonne au sein de l’atelier de Max-Roger Guéguen, Maître enlumineur héraldiste, et enlumineur de la Ville de Paris, auquel elle participe très activement. Le Maître enlumineur la pousse à la pratique régulière de l’aquarelle et à progresser en Art animalier (les oiseaux). Elle apprend à reproduit en miroir certains oiseaux de Jean-Gabriel Prêtre, peindre de la marine (Voyage de la Coquille), puis elle créée ses propres compositions d’animaux sauvages et domestiques, de plantes, se spécialisant toutefois dans le thème des oiseaux.

Elle pratique parallèlement en plein air au Pays basque et peint des paysages maritimes, campagnards, urbains à l’aquarelle et à l’atelier, parfois en techniques mixtes, combinant les crayons graphites, la pierre noire, le crayon à l’aquarelle et l’encre de chine. En 2012, elle obtient l’un des prix de “La Ballade des artistes”, organisée par Ur Begi, en peignant les Château Haltya.

Elle participe alors aux expositions d’associations locales au Pays basque: la Ballade des artistes – Sormenaren eresiak (Ur Begi, Herauritz), les Salons de printemps et d’automne du Cercle des amis de l’Art Boucau-Tarnos, la Palette d’argent de Kliho, le Salon Ducontenia à Saint-Jean de Luz, l’exposition à l’espace Ateka d’Itxassu. En été 2015, elle rend hommage au peintre Roger Bravard, invitée à participer à l’exposition organisée par l’Association Begi Argi d’Espelette, puis expose ensuite au Château-Mairie d’Espelette avec le peintre sculpteur Antoine de Leyva, alors Président de cette association.

Cette année 2016 est douloureuse, car sa mère à laquelle elle était très attachée décède en février; dans son essence, c’est une année dédiée exclusivement à la réflexion et à la création dans son atelier de Saint-Pierre d’Irube, et à la découverte des cours à l’École des Arts de Bayonne, avec Benoît Pingeot, ancien élève des Beaux-Arts de Paris et Professeur de ce magnifique établissement.

Elle est aujourd’hui membre d’Arcad et s’apprête à rejoindre Barcelone, en Catalogne, sa seconde patrie, fin août 2017.

Elle écrit : «  la pratique de la peinture est une rencontre avec moi-même et un partage avec autrui. Peindre peut soigner de nombreuses blessures; quand je peins, je  m’envole aux premiers traits. Cet état propice à la création et aux échanges artistiques est privilégié ».

Laisser un commentaire